Un homme est malade et va bientôt mourir. Il a un ami qui peut le guérir. Alors ses sœurs font dire à l’ami : « Seigneur, voici, celui que tu aimes est malade ». Avec ça, on s’attendrait à ce que l’ami se dépêche. Mais le récit de Jean 11 : 1-44 se passe autrement. Le verset 5 ajoute même que Jésus aimait Marthe et sa sœur et Lazare. Plutôt rassurant. Voilà pourquoi le verset 6 surprend.

« Après donc qu’il eut entendu que Lazare était malade, il demeura encore deux jours au lieu où il était. »

Il aimait Lazare et ses sœurs. Donc Lazare est mourant et il prend son temps ?

Et on n’a pas tout lu ! Versets 14 et 15 : « … Lazare est mort ; et je me réjouis, à cause de vous, de ce que je n’étais pas là, afin que vous croyiez. Mais allons vers lui« .

Le comble…de l’amour du Seigneur qui veut te faire passer de la révélation de la guérison à celle de la résurrection et la vie. Afin que tu croies qu’il n’est jamais trop tard pour que le Seigneur se glorifie.