Ce n’est pas un problème d’être approuvé-e- par les hommes. Pourvu qu’on soit également approuvé-e- par Dieu. Le malheur, c’est d’aimer « la gloire des hommes plus que la gloire de Dieu » (Jean 12:42-43). Veux-tu être admiré(e) par tes concitoyens et par Jésus? Luc 7:1-10 montre comment tu pourrais y arriver.

Le centenier romain était admiré de ses concitoyens à cause de ses bonnes œuvres: « car il aime notre nation, et c’est lui qui a bâti notre synagogue« .

Et il a été aussi admiré par Jésus parce qu’il avait une confiance absolue en l’autorité de la parole du Christ: « Seigneur, ne prends pas tant de peine; car je ne suis pas digne que tu entres sous mon toit. C’est aussi pour cela que je ne me suis pas cru digne d’aller en personne vers toi. Mais dis un mot, et mon serviteur sera guéri. Car, moi qui suis soumis à des supérieurs, j’ai des soldats sous mes ordres; et je dis à l’un: Va! et il va; à l’autre: Viens! et il vient; et à mon serviteur: Fais cela! et il le fait« .

La réaction de Jésus: « Je vous le dis, même en Israël je n’ai pas trouvé une aussi grande foi« .

Et bien sûr, le serviteur malade a été guéri sans que Jésus ne fasse le détour.

Sois donc , selon l’expression de Romains 14:18, « agréable à Dieu et approuvé des hommes« . Et puisses-tu dire comme Paul en Actes 24:16, « …je m’efforce d’avoir constamment une conscience sans reproche devant Dieu et devant les hommes« .