GAMEO 3-2-1 Communication : Verbale, Non verbale

Téléchargez l’audio

Il est évident qu’aucune relation ne peut se former sans communication et que, d’ailleurs, la communion même se nourrit de communication constructive. L’usage du mot « communication » dans la traduction en français (version Louis Segond de 1910) de la bible en témoigne.

Dans cette première partie, nous aborderons d’abord le lien entre communication, communion et relations. Ensuite, nous verrons la communication verbale et non verbale pour conclure avec quelques facteurs de transmission et d’impact du message dans la communication.

COMMUNICATION, COMMUNION, RELATIONS

La première apparition du terme se trouve en 2 Corinthiens 13 verset 13 : « Que la grâce du Seigneur Jésus Christ, l’amour de Dieu, et la communication du Saint Esprit, soient avec vous tous ! »

Le mot grec traduit ainsi est koinonia qui se traduit généralement (dans cette version) par communion fraternelle, communion, commun, dispensation, contribution, dons, participation, libéralité, prendre part, association et union.

Le mot grec traduit par communication dans la deuxième apparition du mot dans la bible (2 Thessaloniciens 3 :14) est sunanamignumi.

« Et si quelqu’un n’obéit pas à ce que nous disons par cette lettre, notez-le, et n’ayez point de communication avec lui, afin qu’il éprouve de la honte ».

2 Thessaloniciens 3:14

Le même mot (sunanamignumi)est aussi rendu par « avoir des relations avec » (1 Corinthiens 5 : 9 et 11).

VERBALE ET NON VERBALE

Le sens du mot révèle une telle richesse qu’il est évident que la communication ne saurait se limiter à l’expression de la pensée par des mots. La communication revêt en effet une double dimension : verbale et non verbale.

Tenez par exemple, la communication entre Isaac et le roi Abimélec au sujet de Rebecca. Il y a ce qu’Abimélec a entendu et il y a ce qu’il a vu.

Comme il était déjà depuis assez longtemps dans le pays, Abimélek, le roi des Philistins, regardant par la fenêtre, surprit Isaac en train de s’amuser avec Rébecca sa femme. Alors il le fit appeler et lui dit : C’est sûrement ta femme. Pourquoi as-tu dit : « C’est ma sœur » ? Isaac lui répondit : Je me disais que je risquais de mourir à cause d’elle.

Genèse 26:8-9, Semeur

Communiquer ne se limite donc pas aux paroles qu’on prononce.

FACTEURS DE TRANSMISSION ET D’IMPACT DU MESSAGE

En communiquant (à l’oral en particulier), gardez à l’esprit ces facteurs de la transmission et de l’impact du message : moment, mots, modulations de la voix, mouvements du corps, manifestations de la volonté par des actes visibles. Quelques passages bibliques mettent en évidence ces facteurs.

  1. « Si l’on bénit son prochain à haute voix [modulation de la voix] et de grand matin [moment], Cela est envisagé comme une malédiction » (Proverbes 27 :14).
  2. « Qu’il ne sorte de votre bouche aucune parole mauvaise [mots], mais, s’il y a lieu, quelque bonne parole, [mots] qui serve à l’édification et communique une grâce à ceux qui l’entendent » (Éphésiens 4 :29).
  3. « Que toute amertume, toute animosité, toute colère, toute clameur [modulation de la voix], toute calomnie, et toute espèce de méchanceté [manifestations de la volonté par des actes visibles], disparaissent du milieu de vous » (Éphésiens 4 :31).
  4. « La sagesse d’un homme fait briller son visage, et la sévérité de sa face est changée [mouvements du corps] » (Ecclésiaste 8 :1b).
  5. « Petits enfants, n’aimons pas en paroles et avec la langue [mots], mais en actions et avec vérité [manifestations de la volonté par des actes visibles]» (1 Jean 3 :18).
  • Votre couple communique-t-il avec une tendresse et une sagesse qui font dire : “Je ne connais pas bien ces deux-là mais ils sont sûrement mari et femme et ils s’aiment” ?

Prochain article: Communication 2 – Retenue, Réception, Réponse

Article précédent
La communion ne consiste pas seulement à prier et étudier…