OIKONOMIA 4-1 : CALCULER, contrôler, choisir

Calculer, Contrôler, Choisir est la quatrième et dernière étape de notre étude sur l’intendance des ressources de Dieu : OIKONOMIA.

A ce stade, nous avons abordé les points ci-après du parcours.

ILLUSTRATION DE L’INTENDANCE

La première série s’est appuyée sur 2Rois 4 :1-7 a servi de base pour illustrer trois réalités de la marche avec Dieu et de l’intendance. 

  1. Mort : communique l’urgence de mettre de l’ordre dans nos affaires ─ face à la réalité de la mort physique.
  2. Miracle : éclaire sur l’importance de la foi en Dieu ─ face à la réalité de nos limitations terrestres.
  3. Marché : inculque la nécessité du travail productif ─ pour porter du fruit pour Dieu et vivre honorablement sans dépendre du travail des autres quand nous pouvons travailler.

IMPLICATIONS DE L’INTENDANCE

La deuxième série porte sur les trois implications de l’intendance des ressources de Dieu. Les passages de référence pour cette série sont 1 Corinthiens 4 :2 et Matthieu 25 :14-30.

  1. Confiance : Dieu nous a fait confiance et nous a confié des responsabilités et ses ressources.
  2. Conformité : Dieu attend des intendants que nous sommes de faire valoir et fructifier ses ressources en les mettant au service des autres. Nos résultats doivent être conformes à ses attentes.
  3. Comptes : Un moment vient où les intendants doivent présenter leurs résultats. Et le propriétaire sépare les serviteurs fidèles des serviteurs inutiles pour récompenser les uns et punir les autres.     

INSTRUMENTS DE L’INTENDANCE

La troisième série portant sur les instruments ou ressources de l’intendance est une super-série abordée en trois sous-séries.

TEMPS, TONUS, TALENTS : LE TRAVAIL EXPLIQUÉ

Dieu accorde à tous un temps de vie, le tonus (un corps avec de l’énergie) et des talents (aptitudes naturelles et dons spirituels). L’intendance combinée de ton temps, ton tonus et tes talents mis au service des autres constitue le travail. Et ce travail t’apporte un double honneur : respect et revenus.

FINANCES : DRAINER, DÉPENSER, DONNER L’ARGENT

L’argent peut devenir une idole s’il n’est pas utilisé pour aimer et servir Dieu. L’argent-idole, c’est quand Dieu est utilisé pour aimer et servir l’argent.

Par ailleurs, nous avons vu que Dieu nous donne l’argent principalement à travers le travail tel que défini plus haut. Cet argent se dépense pour pourvoir à nos besoins ainsi qu’à ceux des nôtres et des autres. Il peut s’épargner pour prévoir des réserves pour les défis dont on est averti ainsi que des situations inattendues.

En outre, l’argent peut s’investir pour produire des gains de capital. Et il peut se donner pour participer à l’œuvre de l’Évangile de Jésus Christ, c’est-à-dire investir dans le ciel.  

FOI : SORTIR SANS SAVOIR, PROCRÉER SANS POUVOIR, DONNER SANS DOUTER

La foi est la plus précieuse des ressources que Dieu confie aux humains. Ceux qui l’ont triomphent de ne pas savoir, de ne pas pouvoir ou de ne pas avoir pour réaliser le projet de Dieu.

En effet, le témoignage d’Abraham nous montre un homme capable de sortant sans savoir où il va, un couple procréant sans pouvoir et un père donnant sans douter son fils unique en sacrifice à Dieu.

CONSTRUCTEURS ET COMBATTANTS

A présent, nous achevons ce parcours d’enseignements sur l’intendance des ressources de Dieu avec le passage de Luc 14 :25-32. Cette dernière étape te prépare à l’action pour mettre fin à ton sous-emploi ou non-emploi dans l’Église de Christ ou dans le monde.

Luc 14 :25-32 présente Jésus disant aux foules ce que ça implique d’être son disciple. Et il leur enseigne le principe fondamental de calculer les coûts avant tout engagement. Ce faisant, il utilise deux images qui peuvent résumer chacune de nos vies : un constructeur et un combattant. 

En effet, chacun de nous est comme les bâtisseurs du temps de Néhémie.

Ceux qui étaient occupés à rebâtir la muraille et ceux qui portaient ou chargeaient les fardeaux travaillaient d’une main et tenaient une arme de l’autre. Chacun des bâtisseurs avait son épée attachée à sa hanche. C’est ainsi qu’ils bâtissaient.

Néhémie : 4 :17-18

Ainsi, vivre c’est construire et combattre. Vous bâtissez votre vie, votre carrière, une famille… et vous combattez tout ce qui peut s’opposer à votre progression. Avec d’autres types d’armes, bien sûr.

Car les armes avec lesquelles nous combattons ne sont pas charnelles ; mais elles sont puissantes, par la vertu de Dieu, pour renverser des forteresses.

2Corinthiens 10 :4

Vous vous appuyez de la sorte sur Dieu car « Si l’Éternel ne bâtit la maison, ceux qui la bâtissent travaillent en vain ; si l’Éternel ne garde la ville, celui qui la garde veille en vain » (Psaumes 127 :2).

Le constructeur et le combattant de Luc 14 :25-32 révèlent trois exigences de la marche avec Dieu : calculer la dépense, contrôler le disponible et choisir la direction.

CALCULER… PAR LA FOI EN JÉSUS CHRIST

« Calculer » est, dans l’esprit de nombreux chrétiens, synonyme de « manquer de foi ». Alors, quand c’est Jésus lui-même qui nous parle de s’asseoir d’abord pour calculer la dépense, il y a de quoi s’asseoir pour y réfléchir !

En effet, tout a un coût. Tout engagement a un coût. La question n’est donc pas « Est-ce que ça va coûter ?» mais « Qu’est-ce que ça va coûter ?»

Ainsi, Jésus rappelle à chacun que pour s’engager à construire ou combattre, il faut commencer par s’asseoir et calculer la dépense.  

Prendre le temps de s’asseoir montre que le projet est sérieux et qu’on veut le réaliser avec soin et sans précipitation. Il est en effet écrit : « Les plans de l’homme actif vont droit vers l’abondance ; celui qui agit avec précipitation va droit vers la privation » (Proverbes 21 :5, version Nouvelle Bible Segond – NBS).

Or, calculer la dépense consiste à comprendre toutes les implications d’un projet. C’est l’étape qui permet d’évaluer tout ce que le projet exige en termes de ressources. Elle répond à la question : Qu’est-ce qu’il faut pour réussir à réaliser ce projet ?

QUE FAUT-IL POUR RÉUSSIR… ?

Quiconque a le projet de devenir disciple de Jésus Christ doit avoir la ressource d’Abraham : la foi. Et être prêt à perdre toutes les autres ressources, même sa vie.

En effet, sur la parole de Dieu, Abraham a renoncé à sa patrie (où Dieu lui-même l’a fait naître) et à sa postérité (que Dieu lui-même lui a donnée).

Ainsi, à l’appel du Christ, tout disciple doit renoncer à soi et ses possessions puis se charger de sa croix pour le suivre. A la lumière de l’appel et de l’épreuve d’Abraham, on peut comprendre pourquoi Paul dit que « la prédication de la croix est une folie pour ceux qui périssent ; mais pour nous qui sommes sauvés, elle est une puissance de Dieu » (1 Corinthiens 1 :18).

En effet, renoncer à soi, c’est essentiellement faire comme Abraham. C’est-à-dire, être préparé(e) à faire suffisamment confiance à Dieu pour obéir à ses ordres sur la gestion de tout ce qu’il nous a donné. Même quand ça n’a pas de sens pour notre logique humaine.

C’est pourquoi aussi, dans tous nos projets (personnels, professionnels, familiaux, etc.), nous devons calculer la dépense. Et nous devons le faire à la lumière de la parole de Dieu.

POUR ÊTRE SECOURUS DANS NOS BESOINS

Car les implications de ces projets peuvent apparemment s’évaluer en temps, en tonus, en talents ou en finances seulement. Cependant, la foi nous rappelle que toutes choses appartiennent à Dieu, que nous sommes sa propriété et ses intendants. Il sait tout et est capable de nous secourir en cas de besoin !

Approchons-nous donc avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde et de trouver grâce, pour être secourus dans nos besoins.

Hébreux 4 :16

Et prenons l’habitude de nous asseoir et commencer par répondre à la question : « Que faut-il pour réussir à faire… ? » Ou « Que faut-il pour réussir à devenir… ? ». Cette question se pose à soi, au Seigneur, aux saints et aux spécialistes des domaines concernés.

Car pour être secourus dans nos besoins, il est utile d’identifier ces besoins-là afin de prier et travailler en conséquence.

  • Quelle est votre expérience de calculer la dépense ?

Prochain article : OIKONOMIA 4 – calculer, CONTRÔLER, choisir

Merci de faire du bien à quelqu'un qui en a besoin -PARTAGEZ.
  • 7
  •  
  •  
  • 2
  •  
  •  
    9
    Shares

Article précédent
Donner sans douter, sacrifier à Dieu le fils reçu après…