APOCALYPSE: 4-10- LES SEPT COUPES

Nous arrivons maintenant aux sept coupes dans notre lecture attentive d’Apocalypse, aux chapitres 15 et 16, après les sept églises, sept sceaux, sept trompettes et sept tonnerres.

LES SEPT ANGES AUX SEPT FLÉAUX (15:1)

Puis je vis dans le ciel un autre signe, grand et admirable : sept anges, qui tenaient sept fléaux, les derniers, car par eux s’accomplit la colère de Dieu.

LE CHANT DES VAINQUEURS (15:2-4)

Et je vis comme une mer de verre, mêlée de feu, et ceux qui avaient vaincu la bête, et son image, et le nombre de son nom, debout sur la mer de verre, ayant des harpes de Dieu.

Ils chantent le cantique de Moïse et le cantique de l’agneau

Et ils chantent le cantique de Moïse, le serviteur de Dieu, et le cantique de l’agneau, en disant:

  • Tes œuvres sont grandes et admirables, Seigneur Dieu tout-puissant !
  • Tes voies sont justes et véritables, roi des nations !
  • Qui ne craindrait, Seigneur, et ne glorifierait ton nom ? Car seul tu es saint.
  • Et toutes les nations viendront, et se prosterneront devant toi, parce que tes jugements ont été manifestés.

LES SEPT COUPES DE LA COLÈRE DE DIEU (15:5-16:21)

Après cela, je regardai, et le temple du tabernacle du témoignage fut ouvert dans le ciel.

Et les sept anges qui tenaient les sept fléaux sortirent du temple, revêtus d’un lin pur, éclatant, et ayant des ceintures d’or autour de la poitrine.

Et l’un des quatre êtres vivants donna aux sept anges sept coupes d’or, pleines de la colère du Dieu qui vit aux siècles des siècles.

Et le temple fut rempli de fumée, à cause de la gloire de Dieu et de sa puissance ; et personne ne pouvait entrer dans le temple, jusqu’à ce que les sept fléaux des sept anges fussent accomplis.

Et j’entendis une voix forte qui venait du temple, et qui disait aux sept anges : Allez, et versez sur la terre les sept coupes de la colère de Dieu.

Première coupe versée sur la terre (16:2)

Le premier alla, et il versa sa coupe sur la terre.

Et un ulcère malin et douloureux frappa les hommes qui avaient la marque de la bête et qui adoraient son image.

Deuxième coupe versée dans la mer (16:3)

Le second versa sa coupe dans la mer.

Et elle devint du sang, comme celui d’un mort ; et tout être vivant mourut, tout ce qui était dans la mer.

Troisième coupe versée dans les eaux douces (16:4-8)

Le troisième versa sa coupe dans les fleuves et dans les sources d’eaux.

Et ils devinrent du sang.

Et j’entendis l’ange des eaux qui disait : Tu es juste, toi qui es, et qui étais ; tu es saint, parce que tu as exercé ce jugement. Car ils ont versé le sang des saints et des prophètes, et tu leur as donné du sang à boire : ils en sont dignes. Et j’entendis l’autel qui disait : Oui, Seigneur Dieu tout-puissant, tes jugements sont véritables et justes.

Quatrième coupe versée sur le soleil (16:8-9)

Le quatrième versa sa coupe sur le soleil.

Et il lui fut donné de brûler les hommes par le feu ;

et les hommes furent brûlés par une grande chaleur, et ils blasphémèrent le nom du Dieu qui a l’autorité sur ces fléaux, et ils ne se repentirent pas pour lui donner gloire.

Cinquième coupe versée sur le trône de la bête (16:10-11)

Le cinquième versa sa coupe sur le trône de la bête.

Et son royaume fut couvert de ténèbres ;

et les hommes se mordaient la langue de douleur, et ils blasphémèrent le Dieu du ciel, à cause de leurs douleurs et de leurs ulcères, et ils ne se repentirent pas de leurs œuvres.

Sixième coupe versée sur l’Euphrate (16:12-16)

Le sixième versa sa coupe sur le grand fleuve, l’Euphrate.

Et son eau tarit, afin que le chemin des rois venant de l’Orient fût préparé.

Et je vis sortir de la bouche du dragon, et de la bouche de la bête, et de la bouche du faux prophète, trois esprits impurs, semblables à des grenouilles. Car ce sont des esprits de démons, qui font des prodiges, et qui vont vers les rois de toute la terre, afin de les rassembler pour le combat du grand jour du Dieu tout-puissant.

Voici, je viens comme un voleur. Heureux celui qui veille, et qui garde ses vêtements, afin qu’il ne marche pas nu et qu’on ne voie pas sa honte !

Ils les rassemblèrent dans le lieu appelé en hébreu Harmaguédon.

Septième coupe versée dans l’air (16:17-21)

Le septième versa sa coupe dans l’air.

Et il sortit du temple, du trône, une voix forte qui disait : C’en est fait !

Et il y eut des éclairs, des voix, des tonnerres, et un grand tremblement de terre, tel qu’il n’y avait jamais eu depuis que l’homme est sur la terre, un aussi grand tremblement.

Et la grande ville fut divisée en trois parties, et les villes des nations tombèrent, et Dieu, se souvint de Babylone la grande, pour lui donner la coupe du vin de son ardente colère. Et toutes les îles s’enfuirent, et les montagnes ne furent pas retrouvées. Et une grosse grêle, dont les grêlons pesaient un talent, tomba du ciel sur les hommes ; et les hommes blasphémèrent Dieu, à cause du fléau de la grêle, parce que ce fléau était très grand.

Merci de faire du bien à quelqu'un qui en a besoin -PARTAGEZ.
  • 2
  • 1
  •  
  •  
  •  
    3
    Shares

Laissez une réponse

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent
Je regardai, et voici, l'agneau se tenait sur la montagne…